La fabrication des matières

Une fois les fibres textiles prélevés, ces dernières sont transformées en fils qui permettront ensuite la fabrication du tissu. Ensuite, vient l’étape de la confection du tissu : une série de fils appelés «fils de chaine» sont tendus dans le sens de la longueur sur le métier à tisser et une autre série de fils, dits «fils de trame», viennent chevaucher perpendiculairement les précédents, grâce à une navette.

De la fibre au fil

La fabrication du fil comprend trois grandes étapes.

L’égrenage

Les fibres sont décortiquées et nettoyées.

Le cardage et le peignage

Le cardage consiste à démêler les fibres brutes à l’aide d’un peigne. Lors de cette première étape, la fibre devient plus souple.
Vient ensuite le peignage qui consiste à démêler et aérer les fibres textiles. Cette étape permet notamment de trier les fils longs et les fils courts. C’est aussi à ce moment où long peut effectuer la teinte du tissu et les mélanges de fibres.

Le filage

Les fibres sont ensuite orientées pour former des rubans qui seront quant à eux étirées et rassemblés en une mèche. Cette dernière est ensuite roulée en fil par torsion (en «S» ou en «Z», selon le sens).

Le fil est ensuite mis sur la bobine, prêt à être tissé.

Du fil à la matière

Le feutrage

Cette technique consiste à rouler directement les fibres ensemble. Le feutre sert principalement à faire des chapeaux, des pochettes ou des peluches.

Le tressage

Cette technique consiste à entrelacer des brins de fibres entre eux. On obtient alors une tresse qui permet de faire des chapeaux, des ficelles, des tapis, etc.

Le filet

La technique du filet consiste à réaliser des nœuds avec des fils, de différentes façons, pour obtenir un tissu ajouré.

La dentelle

C’est en utilisant les techniques du filet mais d’une façon plus sophistiquée qu’est née la dentelle. Ce procédé nécessite une grande rigueur et un savoir-faire particulier, même si aujourd’hui elles sont également réalisées directement à la machine.

Les tissages

Une fois les fils fabriqués, vient l’étape du tissage, on vient donc faire chevaucher un fil de trame (horizontal) et un fil de chaine (vertical, parallèle à la lisière du tissu, il correspond au droit fil). La manière dont les fils s’entrecroisent s’appelle «l’armure», elle va définir l’apparence et la solidité du tissu.

Il existe plusieurs possibilités de tissage, même si le principe reste toujours le même – entrecroiser perpendiculairement deux séries de fils : chaîne et trame. Trois armures fondamentales existent : toile, sergé et satin. Ainsi, un tissu est désigné en fonction de son armure et du nom des matières utilisées, ex. sergé de coton, satin de soie…

Lorsque le fil de trame passe sous le fil de chaîne il s’agit d’un «pris«. A l’inverse, lorsque le fil de trame passe sur le fil de chaîne c’est un «sauté«.

Armure toile

Tissage simple

Le tissage simple, est réalisé avec un seul fil de trame et un seul fil de chaîne qui se chevauchent de manière constante.
Ce tissage, peu onéreux, peut être réalisé à partir de toutes les fibres textiles. L’endroit et l’envers du tissu sont identiques (sauf s’il y a un ennoblissement spécifique par la suite).
L’armure toile est très solide, elle est donc également utilisée dans la décoration et l’industrie.
Le tissage simple est utilisé pour la confection de la baptiste, de la popeline, du taffetas, des étamines, des voiles, des mousselines et des vichy.

Tissage double

Le tissage double est une variante du tissage simple, avec deux fils de chaîne et deux fils de trame et un décalage vers la droite ou la gauche, tous les deux rangs.

D’autres variantes de l’armure toile existent ; cette dernière peut être réalisée avec un fil de chaine et un fil de trame de couleurs différentes, par exemple, ou bien, avec un fil de chaine et un fil de trame d’épaisseurs différentes.

Armure sergé

L’armure sergé, permet de créer des lignes en diagonales.
Ici, un fil de trame passe au-dessus d’un nombre fixe de fils de chaîne (des sautés) puis en-dessous d’un autre nombre fixe de fils (pris). Au rang suivant, le motif est répété et décalé d’un fil de chaîne vers la droite ou la gauche.
L’envers et l’endroit sont alors différents (le sens des diagonales est inversé).
Les tissus en armure sergé sont plus rêches on peut citer comme exemple le denim, la gabardine.

L’armure sergé comporte quelques variantes permettant de jouer sur le motif :

Le sergé chevrons, un tissage obtenu en inversant le sens des diagonales au bout d’un nombre fixe de rangs.

Le sergé «pied de poule«, un tissage obtenu avec un sergé 2 pris-2 sautés avec un décalage de un à chaque rang et une alternance de quatre fils foncés et quatre fils clairs dans la chaine et dans la trame.

Armure satin

Le tissage satin, consiste à ce qu’un fil de trame passe au-dessus d’un fil de chaîne (un pris) puis au-dessous de plusieurs fils de chaîne (sautés) : le nombre de sautés peut aller jusqu’à huit. A chaque nouveau rang il y a un décalage de deux ou plus.
Cela donne un tissu doux, souple et brillant sur l’endroit et mat sur l’envers.

Tissage Jacquard

Le tissage jacquard, est fabriqué sur un appareil du même nom. Cela consiste à ce que les fils de chaîne et les fils de trame se chevauchent pour former les formes et les motifs souhaités. De par sa complexité de fabrication, c’est un tissu qui est assez onéreux.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.